Rechercher
  • kiko09farfadet

"Des Cigales dans la Fourmilière"

« Des Cigales dans la Fourmilière »


Bois de Tilleul


Sculpture inspirée par la Fable de La Fontaine ainsi que par la chanson du groupe La Rue Kétanou.

Elle revisite l’histoire de la Cigale et la Fourmi mais dans le contexte actuel de crise sanitaire et sociale.

La Cigale en Artiste, et la Fourmi en Banquière capitaliste.


L'émotion que je voulais mettre dans la fourmi était l'absence de Vie, car effectivement je pense que le capitalisme est froid, sans Vie, calculateur. Ce sont des lignes de chiffres sur un écran, c'est inerte. Cette fourmi représente cela et de par ce fait elle tue la matière dans laquelle elle est sculptée. Car oui le capitalisme tue. Heureusement qu'il y a la cigale qui est le total opposé et apporte couleur, gaieté, lumière, espoir...je voulais ce réel contraste entre les deux. La couleur et le noir, le chaud et le froid, la lumière et l'obscurité, bref la vie et la mort.


Nous vivons dans un monde où l’argent commande aux actionnaires, les actionnaires commandent aux gouvernements et les gouvernements commandent aux gens ordinaires d’obéir bien gentiment.

Ce monde capitaliste est une fourmilière, où l’individu n’est plus qu’un numéro au service d’un système. Obéir aux ordres dictés par les lobbys financiers qui sont les vrais décideurs, afin qu’une poignée d’êtres qui n’ont plus rien d’humains amassent toujours plus de richesses. Ils sont tel cette fourmi, austères, froids, sans Vie. Voilà ce qu’est ce monde, et cela se fait au détriment de la Vie. Car ces fous ont fait de la Vie une richesse comme une autre. Alors qu’elle est pourtant inestimable.


Mais voilà dans cette grande fourmilière, il y a des Cigales...Les Artistes.


Mais quand je parle des artistes, je ne parle pas de ceux du star système. Non eux pour la plupart évoluent désormais dans les mêmes sphères que nos dirigeants. Ils sont devenus lisses, complaisants, politiquement corrects, voir condescendants. Ils ne sont plus nombreux ceux de l’élite culturelle à oser prendre parti, oser parler franc, oser critiquer le système.

Normal ils font parti du système.

Ils ont trop peur de la censure, de perdre des vues, de se mettre à dos quelques grands, quelques princes.

Du coup ils ont appris à manier avec perfection la langue de bois, quand celle ci ne sert pas à lécher des bottes.

Heureusement il y en a quand même qui osent mais ils ne sont malheureusement pas légion dans cette Culture du fric.


Non quand je parle d’Artistes, je parle de ceux qui vivent leurs Arts avec passion, altruisme, et dont le seul but n’est pas de gagner toujours plus d’argent. Ceux qui ont su garder leurs âmes d’enfants, pour apporter sur ce monde un regard coloré mais critique et sans filtre.

Les Saltimbanques, Artistes de rue, Comédiens, Musiciens, Peintres, Sculpteurs...

Tout ceux qui sont là pour nous émerveiller et nous éveiller.


L’œuvre de Jean de La Fontaine décrivait ainsi la Cigale, en musicienne, de part le fait que cet insecte chante sous le soleil d’été.

Pour ma part j’ai opté pour une vision de la Cigale en Artiste Peintre, bien que Musicienne également.


Le monde vit des heures sombres, et le monde de la Culture en paye le prix fort.

Mais lorsque les médias et les gouvernements parlent de Culture, ils pensent aux domaines du Cinéma, du Théâtre, de la Musique, de la Danse, de la Littérature, mais oublient régulièrement celui des Arts visuels. Ou quand ils y pensent cela se limite à l’univers des galeristes et diffuseurs. Les Artistes – Auteurs nous sommes les laissés pour compte des différents plans de relances économiques. Or sans Artistes pas d’Art, et sans Art pas d’Exposition.

Les expositions ne sont pas toutes faites d’œuvres d’Artistes morts. Non il y a bien des Artistes vivants qui tentent de vivre de leurs Arts.

Être Artiste c’est avant tout une passion, souvent dévorante, mais c’est aussi un métier...un vrai métier.

Le regard que peuvent porter certaines personnes sur nous Artistes, est souvent bourré de préjugés : profiteur, fainéant, utopiste, baba-cool, vivant en dehors des réalités...

Pourtant il en faut du courage pour faire ce choix de vie.

Lorsque nous créons nous mettons une part de nous même dans l’œuvre. Et lorsque nous décidons d’exposer notre travail nous nous mettons à nu devant un public qui vas juger l’œuvre donc nous juger nous aussi. Nous nous exposons aux critiques continuellement. Nous devons inlassablement nous remettre en question. Ce sont des heures d’essais, d’ébauches, d’échecs. Nous vivons dans le doute perpétuel.

De plus créer n’est pas vendre. Lorsqu'une pièce est finie, que l’on y a mis des heures et des heures à la peaufiner, sans pour autant être satisfait. Car l’artiste est un éternel insatisfait, et l’œuvre parfaite n'existe pas. Rien ne dit qu’elle va se vendre.

Car créer et vendre sont bien deux actions différentes. Et pourtant l’Artiste ne sera rémunéré de toutes ces heures passer en atelier que lorsque sa pièce sera vendue. Mais rien n’est gagné d’avance. Car l’Art n’est pas un besoin essentiel et vital pour beaucoup. Cela n’est pas du consommable.

La démarche de vendre est difficile pour un artiste, car il faut déjà accepter de se départir d’une part de soi même afin que l’œuvre puisse continuer à vivre ailleurs. Car l’Art doit être partagé. Mais il faut aussi plaire à des diffuseurs avant de plaire à un éventuel public.

Les Artistes sont souvent dans des situations précaires. Ils tentent de vivre de leurs Arts, quitte à crever la dalle, car ils ont tant de choses à dire.


Car oui les Artistes nous sommes là pour apporter des touches de couleurs sur ce monde parfois bien terne. Mais nous sommes là aussi pour apporter notre vision du monde, en en décrivant ses beautés mais aussi ses travers.


L’Art est un vecteur essentiel de l’éveil des consciences.

Et les Artistes nous sommes comme des abeilles venant butiner les consciences et essaimer des moments de bonheurs.

Sans abeilles ce serait la fin de notre monde,

Mais sans Artistes notre monde serait voué à l’austérité et la pensée unique.


Mais heureusement, il y a des Cigales dans la Fourmilière, et c’est pour cela que j’espère.





1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout